France : dégradations de lieux de cultes et inscriptions islamophobes, le jeu d’équilibriste de Gérald Darmanin

CCIE
by 29 December 2021

Dans la nuit du 27 au 28 décembre, deux nouvelles dégradations islamophobes ont eu lieu dans des salles de prières à La Mûre et à Domène (Isère) . Au même moment, des inscriptions islamophobes dans les rues de Château-Gontier (Mayenne) ont été découvertes. Ces dégradations interviennent dans un moment où les menaces envers les lieux de culte musulmans ne font que s’accentuer. 

Comme le rapporte Le Dauphiné Libéré, des fidèles de la mosquée de Domène ont surpris un homme en train de répandre sur le sol le contenu de plusieurs armoires et arracher un des radiateurs qui réchauffait les lieux durant cette période hivernale. “Il aurait ensuite écrit sur une nappe en papier des mots accusant l’imam d’endoctriner les fidèles et de les inciter à devenir terroristes” rapporte le quotidien.  

Plus au nord, des inscriptions islamophobes et nazies ont été découvertes ce mardi matin dans les rues du centre-ville de Château-Gontier-sur-Mayenne. Selon France Bleu,  On pouvait y lire “ »Islam dehors », ou « Heil Hitler », inscrits à la peinture blanches sur les murs d’une dizaine de maisons du centre-ville historique de la ville ou encore des croix gammées peintes”. 

Le ministre de l’Intérieur français Gérald Darmanin s’est empressé de condamner sur Twitter les dégradations ainsi que les inscriptions islamophobes. 

Les lieux de culte musulmans font l’objet de dégradations régulières depuis plusieurs années et les rapports sur l’islamophobie rappellent régulièrement cette forme de violence qui touche la communauté musulmane en France et en Europe.

Si elles ont, parfois, fait l’objet de condamnations de la part des responsables politiques, les auteurs de ces agressions ont rarement été appréhendés. Pire, lorsqu’ils le sont, la condamnation est rarement assez sévère pour dissuader toute récidive. 

Il est par ailleurs très inquiétant de constater que dans la période récente qui suit le débat sur le “séparatisme”, ce type d’attaques s’est accentué et surtout banalisé, en particulier depuis que des groupes extrémistes et néonazis ciblent, dans leurs communications, les mosquées qui n’ont pas signé la “charte des principes de l’islam” que veut imposer Gérald Darmanin pour réformer “l’islam de France” et reconquérir les “territoires perdus de la République”.

En effet, lorsqu’on observe l’enchaînement de cette stigmatisation incessante, on se rend compte rapidement de la violence qu’elle génère, notamment auprès d’une extrême droite qui va saluer d’une part les mesures de la loi séparatisme et en même temps critiquer le gouvernement pour son manque d’action. Le résultat se transforme rapidement en violence physique : les groupes identitaires ou néonazis qui se croient investis d’une mission de reconquête s’attribuent la responsabilité de l’action contre ces “mosquées séparatistes” et n’hésitent plus, maintenant qu’ils ont l’aval idéologique du chef de la police, à passer à l’acte. 

Dès lors, la responsabilité du ministre de l’Intérieur – censé protéger ces lieux de culte – est immense. Et au lieu d’apporter son soutien “aux musulmans” uniquement comme il le fait dans son tweet, il devrait se rendre compte qu’attaquer une mosquée, de quelque manière que ce soit, tout comme attaquer n’importe quel lieu de culte, c’est s’attaquer à la liberté de conscience en France.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.