La stratégie Prevent n’empêche pas le terrorisme, elle traumatise des enfants innocents

par 11 juillet 2022

Fionnuala Ni Aolain, la rapporteuse spéciale des Nations Unies pour la protection des droits de l’homme dans la lutte contre le terrorisme, a sévèrement critiqué la stratégie dite antiterroriste du Royaume-Uni. Selon elle, la stratégie Prevent cible particulièrement les minorités ethniques ou religieuses et a un effet négatif et discriminatoire sur les communautés musulmanes. Sa mise en pratique est aussi « incompatible » avec la Convention des Nations Unies sur les droits de l’Enfant.

Depuis sa législation officielle en 2011, la stratégie a été critiquée par des organisations de défense des droits qui y ont décelé une menace pour les libertés fondamentales et les fondations du système judiciaire.

Le gouvernement britannique a été incapable de fournir la moindre preuve que Prevent empêche les actes terroristes. Dès lors, de nombreuses ONG ont exigé le retrait de la stratégie en raison de sa nature discriminatoire à l’égard des musulmans.

« Nous connaissons au moins 13 personnes qui ont commis des attentats terroristes et qui étaient connues auprès de Prevent avant leurs attaques. Prevent ne les a pas arrêtés », a déclaré Layla Aitlhadj, directrice de Prevent Watch, une organisation qui mène campagne en soutien aux victimes de la stratégie.

«Cibler et traumatiser des personnes innocentes»

Dans le cadre de la stratégie Prevent, les écoles, collèges, universités et services de santé sont tenus de surveiller les étudiants, patients et clients afin de détecter des signes de radicalisation potentiels chez les enfants dès l’âge de quatre ans.

Des milliers de signalements sont ainsi effectués chaque année, la majorité provenant du secteur de l’éducation. Parmi les victimes, il y a eu le cas d’un enfant de 12 ans dénoncé par son école à la brigade antiterroriste pour avoir exprimé sa sympathie envers le peuple palestinien.

Prevent prétend opérer de manière préventive bien avant que toute intention, planification ou préparation d’un acte criminel n’ait lieu. Cela signifie que les individus ciblés par Prevent n’ont souvent jamais eu l’intention de commettre un crime.

La logique sous-jacente est que « vous pouvez arrêter un enfant à l’âge de quatre ou cinq ans, pour avoir exprimé certaines idées ou croyances, car dans 10 ou 20 ans, il pourrait devenir un terroriste, ce qui est une prétention extraordinaire », a déclaré Aitlhadj.

Contrairement à la législation antiterroriste, il n’y a pas d’observateur indépendant ayant l’obligation statutaire de rendre des comptes pour toute extension de la stratégie de prévention ou pour tout problème lié à sa mise en œuvre.

Récemment, le gouvernement britannique a fait l’objet de critiques après avoir nommé William Shawcross, connu pour sa rhétorique antimusulmane, à la tête d’une enquête indépendante de Prevent.

Dans l’étude la plus vaste jamais réalisée sur Prevent, les deux experts Aitlhadj et John Holmwood ont conclu que la stratégie n’empêche pas le terrorisme, mais cible à tort et traumatise des centaines d’innocents, dont de nombreux enfants.

Source : https://www.trtworld.com/europe/uk-s-anti-terrorism-strategy-has-negative-effect-on-muslim-communities-58315

1 thought on “La stratégie Prevent n’empêche pas le terrorisme, elle traumatise des enfants innocents”

  1. Sakina Al Ghazali

    Littéralement choquée…Je ne pensais que le virus de l’islamophobie avait traversé la Manche. Rien est acquis pour les musulmans, on doit constamment rester vigilants sur ces nouveaux modes opératoires qui visent désormais nos enfants. Soutenir la Palestine c’est devenu un crime aujourd’hui. On lâche rien, et jazak Allah u khayr CCIEUROPE pour tout votre travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.