La victoire de Sarah Chaari et le problème des parcours « d’exception »

CCIE
door 24 november 2022

A seulement 17 ans, Sarah Chaari, Belgo-Marocaine originaire de Charleroi et portant le voile, a été sacrée championne du monde de Taekwondo la semaine dernière au Mexique. La jeune athlète a ainsi offert à la Belgique la deuxième médaille d’or pour un championnat du monde et la première dans la catégorie féminine. Elle est de surcroît la seule athlète au monde à avoir remporté dans la même année le titre mondial chez les juniors et les seniors.

Selon un schéma désormais connu car moult fois répété, les victoires internationales de personnes appartenant à des groupes marginalisés dans leur pays sont célébrées comme des victoires nationales. Comme si ces victoires ouvraient des parenthèses enchantées où ces personnes étaient tout à coup considérées comme des citoyennes et citoyens de premier ordre, dignes de représenter leur pays et de personnifier l’égalité des chances dont elles ont bénéficié, les diverses discriminations qu’elles ont vécues par ailleurs tout au long de leur parcours sont opportunément passées sous silence.

Il semble cependant difficile de faire l’économie de cette analyse, tant le contraste est marqué entre l’ingénuité avec laquelle cette actualité victorieuse est relayée et le sort de bon nombre de femmes musulmanes souhaitant porter le voile en Belgique. Si la jeune Sarah Chaari démontre par son parcours une combativité redoutable et admirable, il ne faut pas cependant oublier de considérer la somme des obstacles, des épreuves et des remises en question forcées auxquels sont confrontées de nombreuses femmes musulmanes. Le couronnement de Sarah Chaari ne doit ainsi pas faire occulter la somme des renoncements forcés, des demi-tours et des ambitions déçues qui marquent le parcours de nombreuses femmes voilées et qui ont des conséquences subjectives durables. Empêchées d’enseigner, d’étudier, de pratiquer leur sport librement, soumises à la possibilité constante d’humiliations, de discriminations, d’insultes, les effets du débat public dans la vie des femmes qui choisissent de porter le foulard peuvent mener à bout les plus déterminées d’entre elles.

Les parcours de réussite ou « d’excellence », comme il est d’usage de les nommer, ne sont ainsi pas la preuve incarnée des efforts d’inclusion des minorités par la société majoritaire, tout comme ils ne sont pas non plus le signe que « quand on veut, on peut ». Célébrer l’excellence d’un parcours individuel d’une femme portant le voile en dégageant d’un revers de main les difficultés rencontrées par bon nombre des femmes qui ont fait le même choix quant à leurs pratiques religieuses est ainsi malavisé. Intimer à des personnes objectivement victimes de divers mécanismes de minorisation l’idée que leur sort reposerait principalement sur la force de leur volonté, c’est les rendre en effet injustement responsables des problèmes structurels auxquels elles sont confrontées.

Le CCIE félicite ainsi bien sûr la victoire de Sarah Chaari. Mais il est important également de réitérer que peu importe les victoires, les médailles, les diplômes, ou les parcours dits “d’exception”, chaque personne, sans exception, mérite de bénéficier des mêmes droits, des mêmes chances et des mêmes libertés.

Geef een antwoord

Het e-mailadres wordt niet gepubliceerd. Vereiste velden zijn gemarkeerd met *

Deze site gebruikt Akismet om spam te verminderen. Bekijk hoe je reactie-gegevens worden verwerkt.